Côte d’Ivoire – Simone Gbagbo, à peine libérée, « doit être arrêtée sur base d’un mandat d’arrêt émanant de la CPI »

0
11020
Amnistiée à la faveur d'une ordonnance signée par le président de la République, Alassane Ouattara, Simone Gbagbo est depuis le mercredi 08 Août 2018, en liberté.
 Mais l'ancienne Première dame n'en est pas pour autant au bout de ses peines. Elle devra faire face à la justice internationale qui la poursuit pour ''crimes contre l'humanité''.
 «Mme Gbagbo doit être arrêtée sur la base de ce mandat et transférée à la CPI pour y être poursuivie. Toute amnistie qui pourrait avoir été accordée n’a aucun impact sur les procédures devant la CPI», déclarait jeudi, Fadi El Abdallah, porte-parole de la CPI.
Il n'en fallait pas plus pour susciter la réaction du collège d'avocats de Simone Gbagbo.
Selon l'Agence France Presse (AFP), Me Rodrigue Dadjé, l'avocat de l'ex-Première dame, entend adresser un recours en annulation auprès de l'institution pénale internationale.
«En septembre, l’équipe de défense de Simone Gbagbo engagera à la CPI une procédure pour annuler les poursuites contre elle», a-t-il informé ce vendredi 10 Août.
En attendant, Simone Gbagbo, désormais libre certes, mais continuera de vivre avec sur sa tête un «mandat d’arrêt qui est toujours en vigueur».
Source : Linfodrome

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here