Cameroun-Polémique : agitations inutiles autour de l’auto-proclamation de Maurice Kamto

0
780
Maurice KAMTO Vs Paul Biya ou le MRC Vs RDPC
Il est « mangé à toutes les sauces », depuis le 8 octobre 2018, date de la déclaration de sa victoire à l’élection présidentielle de la veille, avant la proclamation des résultats encore attendus.
« Maurice Kamto met le Serail en ébullition ». Ce titre barre la une du quotidien « Le Messager » de ce mercredi matin, 10 octobre 2018. Depuis la revendication de sa victoire au scrutin du 7 octobre dernier, le leader du « Mouvement pour la Renaissance du Cameroun » (MRC), a mis mal à l’aise les hommes et femmes politiques, des autorités administratives, mais aussi certains responsables de la société civile, qui ne ménagent aucun effort, pour prouver que le candidat de l’opposition auto-proclamé vainqueur, est en défaut. Les réactions les plus flagrantes, étant celle des autres partis politiques, et particulièrement, le « Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais » (RDPC).
Immédiatement après la conférence de presse du MRC à Odza à Yaoundé, au cours de laquelle Maurice Kamto a affirmé avoir remporté l’élection, le RDPC est monté au créneau pour fustiger l’attitude du candidat du MRC.  Selon le Secrétaire Général du RDPC, Jean Nkueté, devant la presse au Yaoundé Hilton hôtel, « Certains candidats tiennent des discours enflammés pour s’autoproclamer vainqueur, en appelant à un soulèvement populaire. De tels agissements traduisent l’immaturité politique. Nous exprimons notre étonnement et notre indignation face à ces déclarations irresponsables et séditieuses ».
Le Secrétaire Général du RDPC qui était en compagnie de Jacques Fame Ndongo, Secrétaire national à la Communication au sein du parti au pouvoir, Grégoire Owona et Yaou Aiissatou du comité central, mais aussi des responsables des partis alliés à savoir : Issa Tchiroma Bakary, Me Jean de Dieu Momo et l’honorable Robert Bapot Lipot, a précisé que « force restera à la loi ». Ainsi des tranches d’information radio et télé, des colonnes de journaux acquise à la cause du pouvoir, ont servi d’appui aux militants cadres du parti du flambeau pour mieux dénigrer le personnage politique du patron du MRC.
Pourtant dans les pays les plus développés, on a souvent vu des candidats déclarer leur victoire le même soir du scrutin (avant la proclamation officielle des résultats) sans que cela n’offusque personne. Plutôt cela apparait souvent à la fin, comme une forme de préparation de la conscience populaire. De plus, on est tenté, au vue de ce qui se passe, de croire que cette action et les réactions que cela suscite, ont pour intention de manipuler les instances en charge des élections au Cameroun.
Sinon, comment expliquer le fait que le comportement de Maurice Kamto soit violemment critiqué par les responsables et militants du RDPC, un parti politique ayant rivalisé d’adresse avec le MRC, dans le cadre de la présidentielle 2018. Ou sont passés « Elections Cameroon » (ELECAM) et le Conseil Constitutionnel ? Dans la norme, ce sont des institutions neutres, qui devraient se prononcer sur ce problème.
La Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here