Présidentielle 2018 : Maurice Kamto exige l’ouverture d’une enquête contre la fausse équipe de Transparency International.

0
177
Le porte-parole du MRC a fait une sortie médiatique ce mercredi 10 octobre 2018 pour s’exprimer sur la fake news de la télévision d’État mis en œuvre par le gouvernement.
C’est qui ressort en filigrane de la conférence de presse donnée par le porte-parole du candidat Maurice Kamto au quartier général de la campagne du « Mouvement pour la Renaissance du Cameroun » (MRC)
Partie de la dénonciation des fraudes effectuées par les militants et sympathisants du « Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais » (RDPC) lors du vote le 7 octobre dernier, le porte-parole Biboum Nissack n’est pas allé sans détour pour condamner l’accréditation des faux membres de ”l’Organisation Non Gouvernementale” Transparency international, par le gouvernement camerounais. Il a particulièrement indexé le média public de l’audiovisuel. « Comment croire qu’une fausse équipe de Transparency International soit venue apporter son crédit au processus électoral de manière anodine ? » s’interroge-t-il. « Cette fraude de l’information cache une autre fraude que le parti au pouvoir prépare » donne-t-il une esquisse de réponse.
La « Cameroon Radio Television » (CRTV ) a récemment publiée dans son journal officiel de 20h30 un élément dans lequel on présentait certains membres de l’ONG internationale qui accréditaient et validaient l’ensemble du processus électorale du Cameroun. « Une enquête publique doit être ouverte autour de cette fausse manœuvre à laquelle a participé la CRTV et ses dirigeants, à dessein de savoir ceux qui les ont mandaté y compris ceux qui les ont amené dans les locaux de la télévision nationale. Parce que nous savons qu’ils étaient là pour cautionner les fraudes qui se font en ce moment », déclare le porte-parole en rassurant qu’ils vont engager des poursuites judiciaires pour mettre à nue cette mascarade politique.
Les iniquités criardes menées par le média public lors de la campagne présidentielle ne sont pas en reste. Le directeur général de la CRTV avait mis à la disposition du RDPC cinq équipes de reporters pour couvrir les différentes mobilisations, tandis que les candidats de l’opposition se sont contentés d’une seul équipe.
Ulrich Mmala

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here