Cameroun: Paul Atanga Nji, « je suis le guerrier du Président Paul Biya »

0
392
Le Ministre Paul Atanga Nji
Le ministre de l’administration territoriale a tenu ces propos lors de la cérémonie marquant la fin de sa visite de travail dans la région de l’Adamaoua.
La région de l’Adamaoua a dit au revoir au ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji le jeudi 7 février 2019 dans une ambiance festive. Il a terminé la visite de travail entamée le 4 février 2019 par une cérémonie d’aurevoir organisée dans la cour du Palais du lamido de Ngaoundéré. Mohmadou Issa Hayatou. La CRTV-radio rapporte qu’au cours de cette cérémonie à laquelle des imams et lamibés prenaient part, Paul Atanga Nji a reçu en cadeau un sabre.
Le lamido Issa Hayatou saluait ainsi son engagement digne d’un guerrier et sa fermeté dans le combat contre les preneurs d’otages. Recevant son présent, le membre du gouvernement va déclarer : « je prends ça de tout cœur en disant que je suis le guerrier du président Paul Biya. Je vais me mettre derrière le chef de l’État et nous allons continuer ce combat pour la paix et pour l’unité nationale, pour le vivre-ensemble et pour la stabilité du Cameroun. Je saurai en faire bon usage derrière le président Paul Biya ».
Comme à son habitude, Paul Atanga Nji a magnifié son patron ainsi que son action. Cette fois-ci de concert avec les autorités traditionnelles et religieuses de la région de l’Adamaoua assises au palais du lamido de Ngaoundéré. «Le lamido me dit de dire au chef de l’Etat qu’il prie pour le chef de l’État. Toutes les communautés, les lamibés, les chefs religieux, tous sont là pour prier pour le chef de l’État. Le chef de l’État est un homme de paix. (…) Que Allah donne la force au président Paul Biya, lui et sa famille afin qu’il continue à gouverner le Cameroun pendant longtemps. Et puis en tant que chef traditionnel , leur rôle c‘est de prier », a-t-il fait valoir.
Le ministre Atanga Nji a été dépêché dans la région de l’Adamaoua pour apporter du réconfort aux victimes des enlèvements contre rançon qui y ont cours depuis 2015 et réitérer la détermination du gouvernement à combattre le fléau. Pendant qu’il s’y trouvait deux chefs traditionnels ont été enlevés.
Source: cameroon-info.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here