Cameroun-Opération épervier : Mebe Ngo’o à nouveau au TCS le 12 février 2019

0
209
Edgard Alain Mebe Ngo'o, ancien ministre
L’ancien ministre fait l’objet d’enquête judiciaire depuis quelques temps. Son épouse et deux de ses anciens collaborateurs au ministère de la défense, seront aussi entendus à partir de 11 heures au Tribunal criminel spécial.
Le colonel Ghislain Victor Mboutou, ex secrétaire particulier de Edgar Alain Mebe Ngo’o, quand il était ministre de la défense, un certain Leonard Maxime Mbangue et Bernadette Mebe Ngo’o, seront entendus avant l’ancien ministre. Celui que certains appelle encore « tout puissant ministre », sera auditionné à 14 heures au TCS.
S’il nous a été rapporté que le samedi 9 février 2019, il lui a été empêché de se rendre dans son village non loin de Zoetele dans la région du Sud, il faut reconnaitre que ces compagnons et lui, sont interdits de sortie du territoire, depuis le 31 janvier dernier.
Au-delà du sérieux ramdam médiatique qui a longtemps été fait sur le parc automobile, les possessions immobilières et la fortune du couple Mebe Ngo’o, notre confrère, journalducameroun.com, nous apprend que « selon les enquêteurs du Corps spécialisé d’officiers de police judiciaire du TCS, l’information judiciaire ouverte contre l’ancien ministre de la Défense est liée à l’affaire  ‘’MagForce’’, une firme française de fourniture de matériel militaire ». Il est accusé d’avoir surfacturé le matériel destiné à équiper les armées camerounaises.
A ce sujet justement, relève le site d’information, une enquête du feu-journaliste Jules Koum Koum révélait un réseau de surfacturation liant le ministre de la Défense et la firme MagForce. C’était en 2010. Au lieu de 18.285 francs CFA, les tenues de combat étaient vendues à 22.350 francs CFA la pièce. Les bérets coutaient 5.452 francs CFA la pièce, alors que MagForce livrait les mêmes bérets à 8.855 francs CFA la pièce. Pour ce qui est des Rangers en cuir 20.540 francs CFA la pièce, pour l’ancien fournisseur contre 24.660 francs CFA la pièce pour MagForce.
 A.K.N.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here