Cameroun-Racket et Corruption (Douane): Suppression des points de contrôles anarchiques sur les axes vers le Tchad et RCA

0
124
Selon les estimations des syndicats, sur le corridor Douala-N'Djamena (Cameroun-Tchad), on décompte près de 120 postes de contrôles
La direction générale des douanes du Cameroun a ordonné cette semaine à ses secteurs situés sur les corridors de transit de marchandises vers la République centrafricaine et le Tchad, la suppression «immédiate» des points de contrôle «superflus» vers ces pays.
Ces points ont récemment fait l'objet d'une dénonciation de la part des transporteurs.
Les autorités douanières tentent d'assainir leur secteur. Dans une note insistante à ses services, la Direction générale des douanes (DGD) a ordonné la « suppression immédiate des points de contrôle superflus » situés sur les corridors de transit de marchandises vers la République centrafricaine (RCA) et le Tchad.
Elle a évoqué des pratiques qui occasionnent des coûts supplémentaires aux transporteurs et qui rallongent les délais d'acheminement des marchandises en transit. Pour l'institution, il s'agit là de pratiques qui ternissent l'image du service et qui ont un impact négatif sur les rapports du pays avec les partenaires privilégiés.
Recommandant les bonnes pratiques aux agents sur ces corridors, la DGD a également instruit les chefs de secteurs visés par la note, d'imposer des sanctions conformément à la réglementation en vigueur aux agents « qui continueraient de s'illustrer par les mauvaises pratiques au quotidien, notamment à travers l'exigence aux transporteurs de frais indus ».
Grogne des transporteurs
Cette décision de la DGD fait suite à une grogne de la plateforme syndicale du secteur des transports terrestres qui a dénoncé un racket permanent sur les points de contrôle en question. Lançant un mot d'ordre d'arrêt de travail et menaçant de faire transiter leurs marchandises par des pays voisins autres que le Cameroun, les transporteurs ont également dénoncé des tracasseries provoquées par la douane camerounaise à travers la démultiplication des points de contrôle.
En effet, selon les estimations des syndicats du secteur, sur le corridor Douala-N'Djamena (Cameroun-Tchad), on décompte près de 120 postes de contrôles. Ils ont été érigés par la police, la gendarmerie, la douane ainsi que les agents de la prévention routière. Sur ce corridor, indiquent les syndicalistes, tout camionneur verse entre 1.000 et 5.000 Fcfa par poste de contrôle, soit en moyenne, 175 milliards de francs CFA par an pour les 78.000 camions qui passent chaque année.
Source: laTribune.fr
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here