Cameroun – Economie : L’augmentation du prix de la boisson maintenue à 50 francs CFA

0
123
By HALID MAMA – mars 13, 2019
Le prix de la boisson augmenterait de 50 FCFA au Cameroun. C’est ce qui ressort d’une rencontre tenue le mardi 12 mars 2019 à Yaoundé, entre les entreprises brassicoles, les associations de défense des droits des consommateurs et les syndicats des exploitants des débits de boisson.
Selon le communiqué qui a sanctionné cette réunion d’environ 7 heures de temps tenue dans la salle de conférence du ministère de commerce, une (nette) « augmentation variant de 0 à 50 francs CFA maximum par bouteille » serait mise en application.
Toutefois, il faut souligner que lors de ces débats, certaines associations de défenses des droits de consommateurs ont claqué la porte des discussions.
Pour la part du président de la Ligue camerounaise des consommateurs (LCC), Delor Magellan Kamdem, « Nous n’acceptons pas de valider l’augmentation en l’état ». Il a poursuivi en ajoutant ceci : « Nous resterons sur une augmentation de 32 francs CFA».
A en croire le coordonnateur national, et administrateur du Syndicat national des exploitants des débits de boisson du Cameroun (SYNEDEBOC), Valery Ntendie : « Si les prix sont maintenus en l’état, nous perdons ».
Quant aux industries brassicoles, qui ont procédé à une augmentation dite « illégale » par le gouvernement, il serait nécessaire de répercuter au consommateur, l’augmentation du droit d’accises (taxes) auquel elles sont assujetties, et qui est contenue dans la loi de finances 2019.
Cette déclaration justifierait les accusations que portent le gouvernement et les associations de consommateurs, à l’endroit des brasseurs. Des brasseurs qui, selon les entités accusatrices, ne voudraient pas encaisser cette augmentation du droit d’accises, alors qu’ils en ont la capacité.
D’après les calculs de la DGI (Direction générale des impôts), le relèvement du plafond sur le droit d’accises n’entraine qu’une incidence de 32 francs CFA sur le prix d’une bouteille.
Or, les associations dénoncent une augmentation de 50 francs CFA qu’elles trouvent dès lors exagérée. Car selon elles, certains produits tels que les boissons maltées connaissent une augmentation de 100 francs CFA.
Un avis non partagé par les syndicats des distributeurs, qui menacent de procéder eux aussi à une augmentation, si celle des boissons n’est pas adoptée à 50 francs CFA,
Pour que lumière soit faite, les nouveaux barèmes seront communiqués au ministre du Commerce qui a 15 jours pour les valider. Ceci avant leur entrée en vigueur.
Rappelons que l’augmentation des prix de boissons a été annoncée le 1er mars 2019, par l’actuel Ministre des finances Camerounais, Louis Paul Motaze.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here