Cameroun-Flux : Près de 10.000 véhicules traversent le pont sur la Bénoué par an

0
99
Poli dans la région du nord-Cameroun
D'importants flux de produits, marchandises et biens en partance des régions septentrionales pour le Sud du pays ou à destination du septentrion transitent par le pont de la Bénoué.
Principale porte d’entrée de la ville de Garoua, la cité capitale du Nord, en provenance de la partie méridionale du pays, le pont sur la Bénoué revêt une importance stratégique indéniable. Selon les données statistiques glanées par le quotidien "Cameroon Tribune" auprès du service régional des Transports routiers du Nord, bon, mal an, c’est en moyenne près de 10.000 véhicules qui traversent le pont sur la Bénoué par an. Ouvrage de taille sur le corridor Douala-Ndjamena via Yaoundé-Bertoua-Ngaoundéré-Garoua et Maroua, le pont sur la Bénoué enregistre un flux important de marchandises et biens transportés sur ce tronçon.
Des tonnes de produits viviers à l’instar de l’oignon, l’ail, de l’arachide ou de rente, tels que le coton produit dans le septentrion ou en provenance de la république du Tchad passent par le pont de la Bénoué. Une étude menée en 1985 par le cabinet privé Louis Berger estime à environ 18.000 tonnes les flux de marchandises et biens entre les régions de l’Extrême-Nord et du Nord et vice versa. En incluant les différents produits (oignon, coton, arachide, bétails) en provenance du Tchad ou de la république centrafricaine, la même étude aboutit à une estimation des flux interrégionaux de l’ordre de 500.000 tonnes environ.
Et d’ajouter que 45% de produits importés à partir du port de Douala à destination du septentrion ou en transit pour le Tchad passe par le pont sur la Bénoué. Pour ce qui est de l’arachide par exemple, des données récentes émanant du ministère de l’Agriculture et du Développement rural indiquent 214.000 tonnes sont produites en moyenne chaque année dans les régions de l’Extrême-Nord et du Nord et acheminées vers le Sud du pays et les pays voisins que sont le Gabon, le Congo, la Guinée Equatoriale, la république centrafricaine via le pont de Garoua.
En ce qui concerne l’oignon par exemple, une étude menée par l’Institut de Recherches agronomiques pour le Développement (IRAD) estime que 24.000 tonnes en moyenne sont acheminées chaque année des bassins de production des régions de l’Extrême-Nord et du Nord vers les autres régions du pays et les pays voisins via ce pont.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here