Cameroun-Pygmée Baka : Un peuple autochtone sans dignité

0
211
La communauté Baka
Ces habitants des forêts ne jouissent pas de leurs droits comme tout autre camerounais. Le cas de ceux qui vivent à Assok non loin de Mintom, dans le Dja et Lobo, région du Sud.
« Si la forêt finie, les Baka vont mourir ». Cette crainte relevée par Jean Ndoutoumou, conseiller municipal et leader communautaire pygmée Baka, anime tous ces premiers occupants de la forêt.
Aujourd’hui confronté à la destruction progressive de leur milieu de vie, ce peuple autochtone semble être soumis aux Bantou. Ils se disent marginalisé et instrumentalisé par les autres. Un constat d’ailleurs bien noté par la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (CNDHL).
Selon Antoinette Mebiam Tangono épouse Ekoan, chef d’antenne régional Sud de la CNDHL, « en réalité, le Baka n’existe pas en tant que camerounais. Sa communauté n’est pas reconnue, il n’a pas de propriété, il n’a pas d’identité ». En fait les chefs de ce peuple ne sont pas reconnus par l’administration camerounaise, ajouté au fait qu’il (le Baka) n’a pas de terre, ni d’acte de naissance ; raison pour laquelle très peu d’entre eux vont à l’école.
Une situation alarmante, qui pousse la commission nationale des droits de l’homme et des libertés à demander au gouvernement camerounais de prendre ses responsabilités en restituant à la communauté Baka, sa dignité, car ce sont des êtres humains, des camerounais appart entière.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here