Cameroun – Crise Anglophone: 2 militaires abattus par des séparatistes

0
86
Deux soldats camerounais ont été abattus mercredi, par des séparatistes à Bamenda, chef-lieu du Nord-Ouest, l’une des deux régions anglophones du Cameroun en proie à un conflit armé depuis plus d’un an, a annoncé jeudi le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo.
Dans la mi-journée de mercredi, deux soldats roulant à motocyclette dans la ville de Bamenda ont été sauvagement et lâchement assassinés par des terroristes-sécessionnistes embusqués dans des habitations…”, a précisé M. Beti Assomo dans un communiqué lu sur les antennes de la CRTV, la radio d’Etat.
La descente immédiate d’une équipe d’intervention avec pour mission de boucler et de ratisser la zone s’est soldée par un échange de coups” entre soldats et séparatistes, a-t-il ajouté, expliquant que les militaires engagés dans la recherche des séparatistes “ont été pris à partie par des nombreuses personnes”.
La confusion a provoqué des échauffourées avec destruction des biens et incendie de quelques maisons”, a-t-il poursuivi. “Une enquête a été ouverte pour faire toute la lumière sur cette affaire et déterminer les auteurs des destructions”.
Interrogé par la radio d’Etat, le gouverneur du Nord-Ouest, Adolphe Lele Lafrique, a imputé la responsabilité de ces destructions à “certains éléments (militaires) indisciplinés”, qualifiant leur comportement de “réaction malheureuse”.
Ces incidents sont survenus moins d’une semaine après la visite à Bamenda du Premier ministre, Joseph Dion Ngute, qui s‘était dit porteur d’un message de “paix” et de “réconciliation”.
Le président (Paul Biya) m’envoie dire aux populations du Nord-Ouest que, hormis la séparation et la sécession, tout sujet politique peut être discuté et il se prépare à le faire”, avait-il déclaré.
Dion Ngute séjourne depuis mardi dans le Sud-Ouest, la deuxième région anglophone.
Les séparatistes anglophones du Cameroun, pays à majorité francophone, militent pour la création d’un Etat indépendant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.
Fin 2017, après un an de protestation, des séparatistes ont pris les armes contre Yaoundé. Depuis, ces régions sont le théâtre d’un conflit armé qui n’a cessé de prendre de l’ampleur.
Des combats opposent régulièrement l’armée, déployée en nombre, à des groupes épars de séparatistes armés qui, cachés dans la forêt équatoriale, attaquent gendarmeries et écoles et multiplient les enlèvements.
Selon l’ONU, depuis le début du conflit la crise a déjà forcé plus de 530.000 personnes à fuir leur domicile.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here