Cameroun-Fête de l’unité : Vent de destabilisation

0
114
L’instabilité sociopolitique qui secoue le Cameroun, pousse des formations politiques ainsi que les séparatistes, à annoncer le boycott de la célébration de la 47ième édition du 20 mai.
On dirait qu’ils se sont entendus, pour se comporter de la même manière. Pendant que les responsables du parti de Ni John Fru Ndi affirment que « le SDF ne peut pas participer aux célébrations marquant la fête nationale du 20 mai », le secrétariat général du MRC écrit aux secrétaires régionaux, départementaux et communaux, pour dire : « Nous ne pouvons participer à la fête de l’unité ». Les deux organisations estiment qu’il est inadmissible qu’un peuple manifeste sa joie, alors que la population dans d’autres parties du pays, meurt à cause des violences.
« Un coté du visage ne peut pas sourire, pendant que l’autre côté pleure », lit-on sur le communiqué de presse du Front social démocrate (SDF), publié le 7 mai dernier. Le document signé du vice-président Joshua Osih, précise clairement que cette réaction est menée « en sympathie avec les Camerounais qui vivent dans la guerre civile dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest, et ceux qui souffrent de la grave crise d’insécurité dans les autres parties du pays ».
Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun, va même plus loin dans sa correspondance du 2 mai. « Le conflit armé dans les régions anglophones fait de plus en plus de mort sans que cela n’ébranle le gouvernement qui reste sourd aux appels aux dialogue», relève Roger Justin Noah, secrétaire général adjoint du MRC.
La menace se fait davantage inquiétante, dans les régions anglophones, où les combattants séparatistes, se préparent à empêcher le déroulement paisible de la manifestation nationale qui se veut annuelle. Ils ont lancé il y a une semaine, un appel au « lock down », entendez, fermeture des régions, les 19 et 20 mai 2019. La circulation des biens et personnes, risquent donc d’être bloquée ces jours, en plus des villes mortes déjà annoncés par les mêmes activistes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here