Cameroun – Crise anglophone : Un enseignant tué et décapité par les sécessionnistes

0
166
Image de la victime
Les partisans du séparatisme au Cameroun continuent de mener leurs exactions, interdisant toute activité et s'en prenant aux contre venants. Les moyens usités pour parvenir à leurs fins deviennent de plus en plus sauvages et barbares. 
Une tête humaine a été découverte dans l'après-midi, le mardi 21 mai 2019 dans la ville de Bamenda, au lieu-dit Mobile Nkwen. Quelques heures plus tard, des images indiquant l'identité de la victime, sont publiées sur les réseaux sociaux. Il s'agirait d'un enseignant. Dans une vidéo où la seule personne qui se voit est la présumée victime avant sa mort, l'on entend clairement une voix annoncer ce forfait.
S'adressant au "gouvernement par intérim", il déclare : "Nous allons déposer sa tête à Nkwen. Il a tué beaucoup de nos frères [ambazoniens, ndlr]. C'est un Nordiste." Toutefois, l'heure et le lieu à laquelle les images ont été enregistrées ne sont pas connus. Les accusations portées contre la victime portent à croire qu'il aurait commis un crime. Que non !
Son seul crime, si c'en était un, c'est d'avoir transmis le savoir à la jeune génération, contre les ordres de ce "gouvernement par intérim" dont les seuls intérêts se limitent à leur égo. L'avenir ici représenté par la jeunesse, est retourné à de vieilles civilisations ; des époques marquées par l'absence d'éducation et la barbarie totale des enfants qui passaient le plus clair de leur temps dans les champs et les brousses.
La cruauté avérée et la barbarie croissante des sécessionnistes a plongé les régions concernées et voisines dans la terreur. Les populations qui y vivent se sont exposées à toutes sortes de violences, sans qu'une raison soit nécessaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here