Cameroun – Santé : Appel à l’interdiction de fumer dans les lieux publics

0
93
La Fondation des consommateurs camerounais (FOCOCA) a appelé le gouvernement à interdire effectivement de fumer dans les lieux publics du Cameroun, pour des raisons de santé.
Alors que le monde commémore la Journée mondiale sans tabac, ce vendredi 31 mai, la fondation a adressé une lettre ouverte au ministre de la Santé publique, le Dr Manaouda Malachite, et un autre courrier adressé au ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atanagana, pour faire pression en faveur de l’interdiction.
 Tout en soulignant les dangers du tabac, la fondation a révélé que des milliers de Camerounais, en particulier des femmes et des enfants couraient des risques car ” La fumée du tabac contient plus de 4 000 substances chimiques, dont au moins 250 sont connues pour être nocives et plus de 50 sont cancérogènes”, lit-on dans la lettre.
Pour les fondateurs, l’exposition aux fumées pourrait encore entraîner des maladies cardiovasculaires. “Le tabagisme passif est à l’origine de graves maladies cardiovasculaires et respiratoires, notamment des maladies coronariennes et du cancer du poumon. Il est également une cause de mort subite du nourrisson et d’insuffisance pondérale à la naissance”, va-t-il ajouté.
Il a également ajouté que la moitié des enfants sont exposés aux lieux publics et à la pollution atmosphérique. Le FOCOCA a exprimé sa frustration devant le fait que les entreprises continuent de faire de la publicité, d’encourager les jeunes à fumer et de “devenir des fumeurs à long terme. Il a cité des cas de publicité postés autour des écoles et des terrains de jeux où des affiches poussent visiblement ces jeunes à fumer.
Outre l’interdiction de fumer dans les lieux publics, elle s’oppose également à la promotion et au parrainage du tabac, à l’interdiction de la publicité du tabac dans la rue, l’interdiction de fumer dans les clips vidéo, l’introduction de paquets de cigarettes neutres sans logo et plus particulièrement dans les lieux de consommation tels que les cafés, les snacks et les bars.
Cependant, certaines communautés camerounaises ont interdit et mis en œuvre la décision d’interdiction de fumer dans les lieux publics, au moins sept millions de personnes meurent chaque année du tabagisme.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here