Cameroun – Crise anglophone : la ville de Bamenda paralysée pendant 48 heures

0
67
Les populations du chef-lieu de la région du Nord-Ouest ont été contraintes d’observer une fois de plus, l’opération ville morte initiée par les séparatistes.
Selon notre confrère Le Jour, la ville de Bamenda a été paralysée lundi et mardi derniers. Il se trouve que le chef-lieu de la région du Nord-ouest a été tenu d’observer la ville morte.
Les habitants de cette ville qui ne voulaient pas respecter cette opération portée par les séparatistes, ont été obligés de conjuguer avec des tirs sporadiques qui étaient entendus ici et là, « à divers endroits de la ville, sans savoir exactement qui en sont les auteurs ».
Outre le fait que le début de la semaine en cours a été marqué par l’opération ville morte, il y a que le cours normal de la vie n’a toujours pas repris à Bamenda, alors que cela fait trois semaines que le couvre-feu a été levé.
D’après notre confrère, les populations pointent aussi du doigt les coupures intempestives du courant. Les sources du journal révèlent que les installations de la société de distribution de l’énergie ont été sabotées « en brousse » par les sécessionnistes.
« Nous avons à peine deux heures de lumière par jour. A peine vous commencez à travailler que l’électricité s’arrête pour ne revenir qu’à un moment incertain », déclare Emmanuel Vesoh, un tenancier de débit de boisson de la ville. Pour s’en sortir, les populations font recours au groupe électrogène.
Ce dernier indique que les produits locaux ont disparu des étals. Aujourd’hui ce sont les produits nigérians qui ont le vent en poupe. La cause de cet état des choses est que les véhicules de transport des boissons alcooliques ont été vandalisés à plusieurs reprises dans la région.
La conséquence de tout ça est qu’aucun opérateur n’ose plus investir dans la commande de ces dernières, à partir de Bafoussam. « Tous les concours qu’on a lancé pour la Can, c’est pour les autres. On voit les gens boire et dire qu’ils ont gagné à la télé », déclare une source de notre confrère dénommé Jonas Njio, retraité.
A titre de rappel, en date du 14 juin 2019, Adolphe Lele Lafrique le gouverneur de la région du Nord-Ouest, a levé l’ensemble des restrictions qui avaient été imposées aux personnes et aux biens depuis bientôt un an. Cependant malgré cette levée et du fait de ce qui est suscité, la sérénité n’est toujours pas revenue à Bamenda.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here