Cameroun – Tragédie : Une femme enceinte décède à Kaélé faute de prise en charge

0
162
Les deux médecins habilités à pratiquer la césarienne requise étaient absents de l’établissement hospitalier.
La scène se déroule le samedi 3 août 2019 à l’hôpital de District de Kaélé dans le Mayo-Kani. Aux environs de 14h, une dame Widiba, âgée de 38 ans, enceinte et à terme, en provenance de Kolara débarque à l’hôpital. Après examen, les infirmiers de garde arrivent à la conclusion que la patiente doit subir une césarienne pour accoucher au regard de la délicatesse de sa situation.
Problème, l’hôpital ne dispose que de deux médecins habilités à mener ce type d’opération et aucun ne se trouve à l’hôpital à cet instant. Le Dr Amah, médecin dans cette institution, est injoignable.
Saisi à son tour, le Dr Djongmo Daissala, par ailleurs Directeur de l’hôpital, indique se trouver à Maroua où il réside en fait permanemment et propose à ses collaborateurs d’insister pour joindre le Dr Amah.
Dans ces tergiversations, la patiente finit par rendre l’âme avec son bébé dans le ventre sous le regard impuissant de ses proches venu l’assister, près de deux heures après son arrivée à l’hôpital.
En fait, le feu couve entre ces deux responsables de cet hôpital depuis quelques semaines. « Pour comprendre cette situation, il faut remonter à quelques semaines plus tôt. Il y a eu un incident au cours d’une réunion entre le Dr Djongmo et le Dr Amah. Ce dernier n’est pas encore intégré à la Fonction publique et ne dispose pas d’un salaire à la fin du mois.
Mais en réalité, il est d’un apport important à l’hôpital. C’est d’ailleurs lui qui est toujours disponible quand de telles interventions se présentent. Le directeur de l’hôpital est presque toujours à Maroua où il réside en fait.
Au cours de cette réunion de travail, le jeune Dr Amah a exposé une situation à l’attention de tous. « Il se trouve que pendant cette période, il y a eu 18 opérations de césarienne, le Dr Amah avait réalisé 17 opérations tandis que le Dr Djongmo n’avait réalisé qu’une seule », explique un personnel de cet hôpital.
Chèque santé
Bien plus. « Il se trouve aussi que dans le cadre du kit obstétrical de césarienne qui concerne la prise en charge des femmes enceinte dans un établissement hospitalier suit une patiente qui a souscrit à cette forme d’assurance, il y a une prime qui revient à l’hôpital par patiente et l’ensemble de cette prime est partagée à la fin du mois entre le personnel.
Le Dr Amah au cours de cette réunion a simplement demandé au Dr Djongmo qu’il souhaitait avoir aussi quelque chose dans cet argent qui revient à l’hôpital puisqu’il est pratiquement le seul à effectuer les césariennes.
Une revendication qui a entraîné le courroux du directeur qui l’a vertement repris devant le personnel et lançant dans ses propos, « tu n’es pas obligé de faire ça, ne fais même plus si tu veux », poursuit notre source.
Selon d’autres sources, depuis ce temps, le Dr Amah a estimé ne plus être couvert pat la Direction de son hôpital et a décidé de travailler avec réserve et ne faire désormais que ce qu’on lui commande.
«Au moment où l’incident se déroulait, le Dr Amah n’a pas pu être joint sur son téléphone. Un proche nous a fait comprendre que comme une note avait désigné un responsable pour la garde le samedi, il a naturellement pensé à jouir de son week-end et ne souhaitait pas se mêler des choses de l’hôpital surtout qu’il est dans le viseur du directeur.
Malheureusement, le responsable de garde ce jour se trouvait être un pharmacien, Dr Benjamin Ndamb, donc inapte à pratiquer une césarienne. Malgré le décès de cette patiente, il a été entrepris d’aller au domicile du Dr Amah pour l’informer de la situation.
Au moment où il était donc informé, un autre cas de césarienne s’est présenté le même jour aux environs de 18h, le Dr Amah va alors céder aux supplications des uns et des autres et se rendre à l’hôpital pour pratiquer l’opération qui va bien se terminer. C’est dommage que pour la dispute des prébendes on laisse mourir des gens. Le boss veut tout manger seul mais n’est pas tout le temps-là pour travailler», indique notre source.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here